… BLAUBIRD …

Lien vers la page facebook  / Lien vers la page instagram

pochette seule.jpg

Trip hop Lyrique.

« What’s in a Bird ? » se demandait Bashung… Et dans BlauBird ? La psychanalyse fait de l’Oiseau Bleu le symbole de la métamorphose qui permet d’accéder à un état supérieur, un nouvel être libre et plus conscient…

Dans BlauBird, il y a Laure Slabiak et sa voix de contralto venue du Lyrique, Laure qui chante son abandon à elle même, qui s’envole à tire d’ailes sur l’Oiseau Bleu retrouver l’enfant Laure, retrouver ses racines perdues en Europe de l’Est, ses rêves désenchantés, ses jardins suspendus dans le temps…

Dans BlauBird, il y a un voyage. Partis à deux, Laure et BlauBird à leur retour ne font plus qu’un. Posé sur notre épaule, BlauBird nous chante les textes de Laure, qui disent la transfiguration, la métamorphose, la mélancolie. Une mélancolie féconde, matrice d’un renouveau à soi-même, d’une acceptation de soi.

Laure chante en français, en allemand depuis toujours (avec son grand-père ténor amateur), en anglais depuis presque autant, en yiddish quand ça lui dit, et dessine quand ça lui prend (tout le temps) : des fleurs qu’elle se fait tatouer dans le dos, des plumes d’oiseaux sur le bras, et 3 Runes, symboles du chant, de l’expérience et de la protection, posées là entre les bagues d’argent.

Mais Chut… Voilà l’heure bleue, celle où les oiseaux s’arrêtent de chanter. C’est l’heure choisie par Blaubird pour nous envoler à travers 10 titres (dont un poème de Victor Hugo) envoûtés et envoûtants, où l’on croise les influences de Tom Waits, Portishead, Schubert et Mahler, mixées à la voix du grand-père de Laure dans un trip hop lyrique aussi mélancolique que porteur de renouveau.

 

Enregistré par Ian Caple (Bashung, Tindersticks …) chez Samy Osta (Feu ! Chatterton …), Fred Vectol (studio Question de son), Eric Cervera (Hoa Queen …) et Olivier Slabiak (studio Pangloss), « Rising / La fin de la tristesse » réunit 10 titres chantés en français, en anglais et en yiddish ainsi qu’une collaboration avec le Professeur Inlassable autour du poème « Demain dès l’Aube » de Victor Hugo. Les influences de Tom Waits, Portishead, Schubert et Mahler y croisent la voix du grand-père de Laure et d’autres voix aussi, dans un trip hop lyrique envoûtant.

 

Album RISING // la fin de la tristesse.

Sortie nationale le 21.09.2018 sur le label Microcultures.

Distribution Differ-Ant.

Co-Editions Chancy Publishing / Elles & O Production.

Direction Artistique et Bio : Carole Charbonnier et Gilles de Kerdrel (Bureaux C&G)

Photos : Lars Botten.

 

Article de Clémence Rougetet pour le magazine Longueur d’Ondes #86, juillet 2018.

Capture d_écran 2018-06-27 à 15.15.07

 

Chronique de Yan Kouton pour Indie Pop Rock  :

Indie Pop Rock

 

Echange avec Louis de Soul Kitchen

Soul Kitchen

Notre album a plu à The Melting Pop !

Capture d_écran 2018-07-19 à 09.40.25

Chroniqué par L’Ecran du Son

Capture d_écran 2018-07-19 à 09.39.28